vendredi 3 mai 2013

Ils jouent à la guerre


OK, j'avoue, le titre est un peu racoleur. 
En même temps qui n'a jamais joué à la guerre étant enfant ? 

Enfant, je jouais aux cow-boys et aux indiens. 

Devenu élève sous-officier je jouais aussi à la guerre mais avec des vrais armes : PM (pistolet mitrailleur), FSA (fusil semi-automatique), PA (pistolet automatique) et mitrailleuse AA52 (nécessite un servant, c'est-à-dire une deuxième personne pour passer la bande de munitions) mais les armes étaient chargées de balles à blanc lors des entraînements (embuscades dans la garrigue de jour et de nuit) et grenades au plâtre qu'on s'amusait à se lancer dessus, y compris dans nos chambrés ou dans les toilettes pour surprendre l'ennemi en train de faire ses besoins. Certains dévissaient les grenades pour remplacer le plâtre par des matières plus salissantes comme la moutarde ou pire. Après avoir retiré la goupille de sécurité et relâché le percuteur, il faut compter jusqu'à 3 pour lancer une grenade sinon l’ennemi la rattrape et vous la renvoie. 

On testait aussi nos treillis ignifugés (c'était le cas lorsqu'ils étaient neufs mais plus ils étaient lavés moins ils étaient ignifugés) en promenant la flamme d'un briquet sur les fesses du mec qui était devant lorsqu'on faisait la queue devant le mess. Quand ça commençait à chauffer, le mec se retournait, mais il avait déjà un trou dans son pantalon.

Tout cela pour dire que je comprend certains suvivalistes qui prennent plaisir à s’entraîner avec des armes et je me dis qu'en cas de guerre ça peut toujours être utile. Cependant, tant que nous serons en paix, les cours de secourisme seraient peut-être plus utile...

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire