mercredi 1 mai 2013

Survivre aux émeutes

Tout le monde se souvient des émeutes survenues fin 2005 dans les banlieues françaises. L'état d'urgence avait été déclaré le 8 novembre 2005, puis prolongé pour une durée de trois semaines consécutives.

Et bien lors d'une crise majeure comme une catastrophe économique, les émeutes de 2005 ne seront rien comparées à celles qui nous attendent. Les bandes des cités se lanceront à l'assaut des commerces, des banlieues bourgeoises, brûleront les voitures et toutes les choses qu'ils savent qu'ils ne pourront jamais avoir ou qui représentent la bourgeoisie seront brûlées ou détruites. Les villas et voitures de riches seront brûlées ou saccagées, idem pour les bijouteries, les banques et tout ce qui représente le pouvoir ou la société comme les commissariats qui seront désertés. Les forces de l'ordre ne seront plus à même de faire face à la montée de la violence parce que les salaires des fonctionnaires ne seraient plus payés et qu'ils préfèrent fuir la ville ou se retrancher chez eux pour protéger leurs familles. Les filles se feront violées ou tuées dans la rue ou à leur domicile. Quand certains se défendront avec des armes, les bandes armées reviendront la nuit pour les attaquer et en désespoir de cause, s'ils n'arrivent pas à pénétrer chez eux, ils mettront le feu à leurs maisons à l'aide de cocktails Molotov brûlant vif les occupants.
Fuir sur les routes reviendra à tout abandonner pour se retrouver coincé avec les autres automobilistes et à la merci de la fureur de ceux qui ont faim ou simplement de ceux qui ont la rage. Ils n'échapperont pas plus au massacre, que ceux qui sont restés en zone urbaine.
Ceux qui seront à la campagne recevront un jour ou l'autre une bande armée en quête de nourriture et ne seront pas en mesure de faire face à ce déchaînement de violence. A moins de vivre dans des coins reculés, leur chance de survie à long terme est pratiquement nulle.

La solution
Ne pas céder à la panique. Se préparer à affronter cette violence en créant des milices de quartier mais pour cela, il faut nouer des contacts, se préparer physiquement et matériellement. On aura besoin de s'aider entre gens civilisés afin d'affronter les hordes de barbares. Bien sûr on ne pourra pas sauver tout le monde, mais on pourra recréer des petites sociétés de ci, de là et s'organiser sur un système d'entraide et de troc. 
Concrètement : la communauté s'aide mutuellement en ne faisant pas payer ses produits ou ses services à l'intérieur de son périmètre mais avec les autres communautés elle fait du commerce sous la forme de troc.
Une fois fédéré ces communautés, on pourra peut-être parler de recréer une nation.

2 commentaires:

  1. Humm...

    Combien de temps pour se préparer? Je veux dire vous prévoyez ces émeutes pour quand? Mois, années, décennies?
    Des initiatives web pour organiser ces milices ?

    Merci.

    RépondreSupprimer
  2. Il faut surveiller l'actualité. Certains indices peuvent être révélateurs comme les valeurs boursières qui dégringolent, le nombre de chômeurs qui augmente, les partis extrémistes qui font de meilleurs scores (en ce moment le FN fait le plein de militants), aussi l'augmentation des grèves. Malheureusement je ne suis ni voyant, ni devin mais je pense qu'on a encore le temps de se préparer aussi on peut faire prendre conscience au peuple des dangers qui les attende et comment se préparer (sans trop dépenser).
    Les survivalistes devraient se regrouper en fédération, voire en parti politique (comme les écologiques)afin de faire entendre notre voix et organiser ensemble des plans d'évacuation et de protection des populations civiles.

    RépondreSupprimer