samedi 27 juillet 2013

Le monde croule sous la dette

Faites un crédit pour acheter ceci. Empruntez pour acheter cela. Vous avez besoin de vous développer, notre banque va vous aider, etc.

Si les banquiers vous encouragent à vous endetter, le gouvernement aussi et il montre l'exemple même s'il sait qu'il ne pourra jamais rembourser, mais de toute façon à quoi bon, puisque l’alternance politique fait que ce sera le parti adverse qui sera confronté au problème. Et ainsi, gauche et droite accusent chacun à leur tour le gouvernement précédent d'avoir mené la France à la Faillite.

Comme on lui demandait lors du «Forum» Radio J, s’il considérait comme François Fillon, en septembre 2007, être à la tête d’un «Etat en faillite» ou comme Michel Rocard qu’il y avait «le feu», le ministre du Travail, Michel Sapin, a répondu : «Mais, c’est un Etat totalement en faillite.»
Source : Libération.

Dernièrement nous avons vu que la ville de Détroit s'est déclaré en faillite. Hélas, des banques européennes dont la banque franco belge Dexia avait acheté de la dette de Détroit comme un placement sûr. Ce sont donc plusieurs millions qui vont passer de la colonne des actifs de Dexia à la colonne du passif augmentant encore le déficit de cette banque qui n'en finit pas d'être renflouée par nos impôts.

Beaucoup de produits financiers considérés comme sûrs sont en fait des emprunts toxiques. Des prêts accordés pour faire du chiffre et toucher des commissions alors même que les banques savaient que les emprunteurs ne seraient pas en mesure de rembourser un jour ou l'autre. Les investisseurs, que ce soient des banques, des organismes publics, des sociétés ou des particuliers devront payer leurs erreurs. Il faut voir les milliers de logements vides construits au milieu de nulle-part en Espagne et qui ne trouveront jamais preneur. Ces produits sûrs - après tout c'est de la pierre - ont été acheté par des investisseurs sans que personne ne soit allé sur place vérifier si les habitations avaient quelque chance de pouvoir être vendu un jour.

Comme en 1929, les emprunteurs ne pourront plus payer. S'ils doivent encore 100 000 euros à leur banque, celle-ci saisira leur logement, leur maison, leur entreprise, puis les revendra pour la moitié de leur valeur et après déduction des frais, les emprunteurs qui auront perdu leur logement, leur maison, leur entreprise, devront encore rembourser 50 000 euros alors qu'ils auront tout perdu : habitat et travail.

Peut-être comme en 1929 pourra t-on compter sur la solidarité des voisins qui lors des ventes de fermes, rachetaient la ferme de leurs voisins en empêchant quiconque d'enchérir afin que le propriétaire en faillite puisse continuer à vivre sur sa ferme.

Mais peut-être comme aujourd'hui, assisterons nous à des voleurs qui courent au milieu des routes pour ouvrir les portes des camions afin de voler la marchandise (Grèce) ou des jeunes qui viennent dépouiller les cadavres lors d'une catastrophe ferroviaire (France).

Olivier Delamarche : Sortez votre argent des banques !



Olivier Delamarche : Vers la faillite des Etats



Olivier Delamarche vous explique
 la suite de la crise Financière


Il s'agissait de prédictions pour 2012 et il ne s'est pas trompé

Vous pouvez encore agir tant qu'il est temps en vous procurant les clés pour survivre à la crise économique.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire