mardi 7 juin 2016

S'exiler pour survivre

Parfois nous sommes obligés de quitter le pays où l'on est né pour pouvoir survivre.

islam
De nombreuses personnes ont du fuir leur pays à cause de l'islam, cette idéologie raciste et misogyne dont le but est la destruction du monde. Je vais d'ailleurs illustrer mes propos avec cette vidéo d'un algérien qui a dû quitter l'Algérie à cause de l'islam et de ses fanatiques violents, incultes et barbares. 

Mon propos n'est pas de développer sur l'islam, il existe un blog pour cela : http://islam-et-islamisation.blogspot.fr

Mon propos est de vous faire réfléchir à un éventuel exil vers un pays proche ou lointain dans lequel vous pourrez garder votre liberté, liberté de penser, de parler, d'élire vos représentants, de croire à ce que vous voulez, de travailler, un pays démocratique et non islamique.

Moi, j'y ai déjà réfléchi. Mais comme le dit si bien l'algérien Aldo Sterone, ces gens là, une fois qu'ils se seront installés dans votre pays et qu'ils l'auront détruit de l'intérieur, ils vous suivront et iront s'installer dans tous les pays démocratiques du monde afin de propager leur culte de la terreur et de la haine : l'islam.

En attendant que les hommes et les femmes se soulèvent et décident de se battre pour leur liberté, il nous reste toujours l'exil afin de gagner quelques années de paix et de liberté. Je laisse la parole à mon algérien préféré : Aldo Sterone :


Zineb El Rhazoui, journaliste chez Charlie Hebdo, rescapée de la tuerie de janvier 2015 : « Il faut faire l’amalgame entre les terroristes et leurs idéologues. Le débat public n’a pas vocation à aider une religion bédouine, écrite il y a quinze siècles, à trouver sa place dans la cité. Ceux qui veulent la pratiquer en ont le droit. Mais elle n’a pas à régir la société. Nous n’avons pas à faire d’exception juridique pour les musulmans. En faisant cela, nous ouvrons des brèches dans la République. » « Cette notion d’islamophobie a réussi à faire taire beaucoup de gens. Moi qui ai grandi dans l’islam, qui ai dû apprendre le Coran par cœur, j’ai peur de l’application de la charia. Mais cette peur n’a rien à voir avec le racisme. Dans les pays où les islamistes sont au pouvoir, en Arabie saoudite notamment, on ne taxe pas les critiques de l’islam de racisme : on les emprisonne ou on les pend. Dans des démocraties, ceux qui n’ont aucun moyen de nous faire taire crient à l’islamophobie ».


JE SUIS LA FRANCE - COMPRENEZ MOI


Une ex-Iranienne appelle les Français à lutter contre l'islam

islam

A lire : Rotterdam : la police islamique de la charia patrouille dans les magasins

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire